• La tarte à Tain

    Voici un texte que j'ai reçu , je vous le transmets car je l'ai beaucoup apprécié .
     
    Or donc que Notre Fringant Gâte-Sauce faisait la tournée des popotes, dans le pays de la Pogne, en faisant des vers de mirliton. Après avoir visité une eschole où l'on apprenait l'art de Vatel, Sa Grande Gourmandise se dirigea tout droit vers la foule des manants, lesquels, croyait-il, lui avaient apporté des friandises en guise de dessert. Il ne fut point déçu. Il reçut une tarte dont la recette passa à la postérité sous le nom de "tarte à Tain", du nom du village où s'était passé l'événement.
    Las ! D'aucuns racontèrent de l'affaire une tout autre version : le Roy s'était en réalité pris un copieux soufflet par la main d'un partisan de la Fleur de Lys - à moins que ce ne fût un simple admirateur d'Uber de Montmirail, au cri de "Mont Joie Saint Denis !". D'autres quolibets peu amènes furent également proférés.
    Le monde de la Gazette fut en émoi. Celui des ducs et des barons tout autant. Gracchus Mélenchonus exprima noblement toute sa compassion. On l'accusa aussitôt de vouloir faire diversion. Certains murmurèrent qu'il avait concocté lui-même la recette de ce soufflet. Le Premier Grand Chambellan, le bon baron du Cachesex, qui s'était quelque peu fait prier pour blâmer l'aimable pantomime du Haineux Papolardon, en appela aussitôt à l'union sacrée autour de la personne du Roy.
    Selon que vous étiez à la Dextre ou à la Sénestre, votre vie ne valait pas la même chose.
     
     
    « Les jardins de MarqueyssacLes oies »
    Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Juin à 10:30

    Hello Marie-Christine,

    En fait la tarte à Tain n'était qu'un préambule qui n'a pas eu de suite, puisque de dessert, le suzerain n'avait point encore goûté, et que le soufflet était retombé.

    Diantre, que ce texte est bien écrit. Je l'ai parcouru fort à loisir et j'ai pu en déguster tout le sel, faisant ainsi le lien entre l'imagination et la pensée...

    Maint peste de Cour fit que la candeur du soufletteur, ainsi que son mérite, furent bien suspects au prince. On cabale, on suscite, mais par ses arrêts, il appert que de nos biens, dirent-ils, il s'est fait un palais.

     

    Ceci explique peut-être cela ?

    Bizz et bonne fin de journée.

    Gilles

    2
    Samedi 19 Juin à 08:36
    Sylvie barbizon
    Excellent texte Marie-Christine! Et la photo est géniale! Bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :